Buy
  • 1_ Frère & sœur
  • 2_ Les commencements
  • 3_ L’instant même
  • 4_ La violence est rose
  • 5_ L’angine
  • 6_ Le ciel est tarte
  • 7_ Les fleurs
  • 8_ Quand le soir tombe
  • 9_ Soleil enculé

Press

  • Télérama fff
    «Primitif et futuriste, médiéval et mondialiste, leur petite entreprise « arltisanale » sait briser son autarcie pour s'ouvrir et se réinventer.» -  François Gorin
  • FIP
    « Arlt nous embarque dans son monde brut de pomme acidulée avec neuf chansons excentriques toutes droit sorties de la cour de récré. Neuf cocottes en papier à manipuler ( "combien t’en veux ?" ) avec gages ou questions imprimés sous chaque couleur pour réinventer l’histoire à venir, ensemble.»
  • LIBÉRATION
    "Sur son quatrième album, le duo francilien devient grand ensemble et mute en un fascinant orchestre freak électrique, à mi-chemin de la casse et de la Voie lactée. Découvrez «Soleil enculé», leur plus accidenté et leur plus lumineux."
  • LES INROCKS

    "On entend une multitude des choses dans 'Soleil enculé' avec une grâce de guingois et une gestuelle que l’on imagine facilement ponctuée de percussions, cuivres et vents, de guitares jouées par Sing Sing et Mocke. Les violons de Bertrand Belin passent dire bonjour…" - Sophie Rosemont

  • LES JOURS

    "Le duo composait – et compose encore aujourd’hui – des chansons qui cherchent à atteindre le même niveau de beauté simple, d’épure des mots et des sensations qui polissent certains airs au fil des siècles pour en faire un patrimoine commun." 

  • FRANCE INTER
    "Tendresse qui grince, blues déglingué ou tropicalisme vénéneux. On ne saurait pas vraiment ranger Arlt sous une appellation contrôlée." - Mathieu Conquet
  • RANDOMSONGS
    " 'Soleil Enculé' se termine par un ultime paradoxe, nous calmer avec un rythme perdu, comme un vieux blues qui grince. Il nous noie sous un ensemble de sons chaotiques dont l’art brut nous hante jusque dans notre sommeil. Les paroles tournent en boucle, sans nous hypnotiser. Le chant s’accentue jusqu’au bouquet final où il ne reste plus que harangue et mantra. Entre-temps, les orgues geignent, les rythmes partent à l’aventure les guitares deviennent totalement free et puis tout s’arrête."
106

Arlt
Soleil Enculé

MM024 / D028
11/15/2019

Il semblerait que Soleil enculé’ ne soit pas vraiment le 4ème album de Arlt. Soleil enculé’ a même tout d’un nouveau premier album de Arlt. Mettons. Disons-le. Soleil enculé est le nouveau tout premier album de Arlt. Un disque écrit et enregistré dans la surprise d’une seconde rencontre, une rencontre de premier matin réaccordé.

‘Soleil enculé’ est un disque imaginé, peint et déliré en pays d’enfance toute neuve, ce territoire mental et sensuel qui vient parfois après l’âge adulte trop dramatique et qui rénove les gestes et les regards pour rendre à nouveau tout surprenant, stimulant et désirable.
C’est un disque enregistré dans la joie surnaturelle des retrouvailles et des rencontres en meute fraternelle avec deux nouveaux venus : Ernest Bergez (Sourdure, Kaumwald, Orgue Agnès) à la réalisation et Clément Vercelletto (Kaumwald, Orgue Agnès) aux percussions, cuivre, vent, divagations électroniques.
Partagé entre écriture pop, improvisation live et montage excentrique, il emboutit en trente minutes 9 chansons allègres ou mélancoliques mais toujours radieuses, luxuriantes, solaires et défoncées. Et synthétise, détourne et augmente toutes les obsessions du groupe en un collier de nouilles toxiques.

Eloïse Decazes y souffle dans la réverb et on croirait à l’entendre voir de la lumière à travers un vitrail.  Elle agite aussi malicieusement les chansons de petits pianos free, d’harmonies poignantes au concertina, gifle des orgues courts et fait vrombir de gros magnétophones à cassettes. On connaissait la chanteuse astrale et phosphorescente, on découvre une instrumentiste dévergondée, sauvage, poétique et burlesque. Sing Sing pendant ce temps s’affirme au micro tour à tour en espèce de diva velue, en crooner de carnaval, en chorale d’enfants à lui tout seul. Sa guitare titube d’un bout à l’autre quand celle de Mocke scintille et carillonne, entre soli intempestifs, vagues de bruits et faux arrangements d’orchestre mêlés au saxophone et à la demie-clarinette. Les percussions, qui entrent et sortent en dispersant dans la stéréo tourneries ternaires, cloches et piverts motoriques assurent au groupe un groove jamais entendu chez lui. Avec ça, l’ami Bertrand Belin jette quelques violons. Passe aussi Claire Vailler. Et Léonore BoulangerJean-Daniel BottaMarion CousinBorja Flames et Charlène Dinhut.

Rumba de science fiction, chanson française orchestrale, rebetiko post punk, tropicalisme minimal, madrigaux créoles, slow qui tue, pop télépathique, Soleil enculé’ est le nouveau tout premier album de Arlt, et c’est peut-être son meilleur.

Crédits

Textes / Musiques : Sing Sing
sauf « Frère & sœur » : Sing Sing / Eloïse Decazes

Arrangements : Mocke, Clément Vercelletto, Eloïse Decazes, Sing Sing
Eloïse Decazes : chant, concertina, piano préparé ou non, orgues, magnéto-K7
Sing Sing : chant, guitare
Mocke : guitare
Clément Vercelletto : percussions, saxophone soprano, demi-clarinette, électronique
Claire Vailler : apparition « Quand le soir tombe »
Bertrand Belin : violons sur « La violence est rose », « Les fleurs », « Soleil enculé »
Ernest Bergez : Korg MS20 sur « L’instant même », percussions et piano sur « Soleil enculé »

Merci à Charlène Dinhut, Léonore Boulanger, JeanDaniel Botta,
Marion Cousin, Borja Flames et Isaure, chorale fantôme

Enregistrement, mixage : Ernest Bergez à Thiers
Mastering : Harris Newman / Grey Market à Montréal
Photos : Ernest Bergez / Eloïse Decazes
Artwork : Brest Brest Brest

© Murailles Music – Objet Disque

12
Feb
Arlt
Genève (CH)Cave12
+
16
Feb
Arlt
Bruxelles (BE)Le Brass
25
Feb
Arlt
Londres (UK)Music Rendez-Vous, médiathèque de l'Institut Français
+

Contact



Murailles Music reçoit le soutien de: