Gaspar Claus (solo)

NEWS


BIO

Gaspar Claus est  violoncelliste.  

C’est à dire qu’il joue du violoncelle et que tout ce qu’il touche ou presque, il le touche avec son violoncelle. 

C’est à dire que tout ce qu’il pèse du monde qui  l’entoure, il en compare le poids avec celui de son violoncelle, instrument à étreindre, frotter, pincer mais aussi à porter sur son dos à longueur d’arpentages.

Parce qu’aussi bien, Gaspar Claus est arpenteur. Géographe. Pourquoi pas même cartographe : tireur de lignes et d’entrelacs. 

Depuis des années maintenant, on le croise, beaucoup, au gré d’une très tonique et chaleureuse frénésie de rencontres,  chauffant son instrument au service des autres ou le dédiant à d’incongrus dialogues,  inattendus le plus souvent,  de la pop à la musique contemporaine, des traditions plurielles au jazz bruitiste, de la chanson aux musiques électroniques. On l’a vu, entendu, aperçu, deviné avec Rone et Barabara Carlotti, avec Matt Elliot et Stranded Horse, Serge Teyssot-Gay et Angélique Ionatos, Joëlle Léandre, Marion Cousin, Jim O’Rourke ou encore Peter Von Poehl et Keiji Haino, également impliqué, également curieux.  De loin on l’a suivi au Japon, en Mongolie, en Islande, au Mali, au Maroc, et de partout on l’a vu revenir enrichi, c’est à dire allégé. 

Ce goût du potlatch et des fécondations spontanées, il en a fait longtemps l’argument d’une personnalité vive et affamée, transformant une forme tendre de cannibalisme amusé en disponibilité humble et vice-versa. C’est cette même curiosité qui le voit diriger patiemment le beau label intitulé « Les disques du Festival permanent » chaleureuse auberge à la table de laquelle vous trouverez  pléthore d’autres aventuriers : Sourdure, Borja Flames, Marc Melià… Une autre façon pour lui de saper toute notion de chapelle et de contrarier les hiérarchies. Il serait dommage, pour autant, à la seule faveur de ces admirables qualités de rassembleur, de négliger l’instrumentiste, le penseur, le compositeur. 

Improvisant seul ou brettant avec son père Pedro Soler, guitariste aux idées larges d’un flamenco tout autant moderne qu’archaïque, à l’initiative du trio VACΛRME – avec les violonistes Carla Pallone et Christelle Lassort, ou batifolant de plus en plus sur les partitions de musiques de film (Makala, Vif Argent…). Gaspar montre l’importance de ce que sa fréquentation azimutée de toutes les musiques, plutôt que de le disperser aura finalement concentré dans son jeu et son approche théorique, affermissant un vocabulaire toujours plus ouvert et coloré.  

Ainsi Gaspar Claus s’entête à concilier les contraires. A frapper d’ornements baroques ses vitupérations les plus stridentes, à rafraîchir l’écriture dans l’improvisation libre,  à considérer les concepts comme des machines désirables et sensuelles. Dans le corps à corps avec l’instrument ou sur le papier seul, écrivant pour des  ensembles (six violoncelles comme télépathiquement dirigés) ou imaginant de grandes fêtes mentales – ainsi La Nuit en LA qui vit la Philharmonie de Paris résonner d’un seul LA  dix heures d’affilée sous les doigts de neuf musiciens qu’on eût cru hypnotisés, cognant manche en main son propre bois ou écoutant effrontément Eliane Radigue, Pauline Oliveros  ou La Monte Young (écouter c’est déjà jouer), bref : dans la solitude ou dans l’empreinte maintenue toute chaude des amitiés longuement nourries, Gaspar Claus s’affirme comme un conceptualiste lyrique, tour à tour méditatif et explosif, chérissant les idées pour leurs textures et la matière, inversement, pour ce qu’elle stimule l’imagination, qui est une pensée.

C’est avec hâte que nous attendons ses prochaines tribulations de chef d’orchestre fakir, ses ardents récitals seul en scène, ses partitions à l’écran et toutes les berlues à venir dont, soyons-en sûrs, il ignore lui-même encore tout.


LIENS


PRESSE


CONTACT

Booking : jullian.muraillesmusic[at]gmail.com

DISCOGRAPHIE

  • SERRANA

    Les disques du festival permanent2017
    CD / Digitial
  • MAKALA

    Les disques du festival permanent2017
    Digital
  • One Night Stand #1

    Les disques du festival permanent2016
    Digital
  • Jo Estava Que M’Abrasava

    Les disques du festival permanent2016
    CD / LP / Digital
  • Jo Ha Kyù Firsts contacts

    Les disques du festival permanent2016
    CD / Digital
  • CLAUS & CLAUSEN

    Les disques du festival permanent2016
    LP / Digital
  • Jo Ha Kyù

    Les disques du festival permanent2013
    LP / CD / digital

Concerts passés

Cliquez sur "date ", "ville" or "salle" pour changer l'ordre
  • DatePaysVilleSalleavec 
  • 25/09/2020FranceVanves (92)Théâtre de Vanves, 'Violoncelles' [création] (première) : Gaspar Claus, Didier Petit, Jérémie Arrache, Karsten Hochapfel, Julie Läderach, Lola Malique.Monolithe Noirinfos event
  • 12/08/2020FranceBelfort (90)Les Mercredis du Château, La Citadelle de Belfortinfos event
  • 14/05/2019FranceVanves (92)Switch Festival #3 - Théâtre de Vanves& Clausen, Borja Flames, Romain Berthaud, Ambeyanceinfos event
  • 17/01/2019FranceRennesFestival autres mesures au Musée des beaux-arts de RennesL'Ocelle Mare, Gaspar Claus (solo)infos event
  • 12/01/2019FranceParisTrabendoJuliana Huxtable, Charm, Rui Ho, Odete, Yha Yha event
  • 15/12/2018FranceParis'One Night Stand#2' à la Philharmonie - CITÉ DE LA MUSIQUEAmbeyance, Bachar Mar-Khalife, Borja Flames, Camille Hardouin, David Chalmin, Joakim, Juliette Gelli, Katerina Fotinaki, Laure Brisa, Ojard, Peter von Poehl, Sébastien Forresterinfos event
  • 05/12/2018FranceParisLe ZorbaLinde, Dúplum dúó event
  • 07/07/2018FranceRennesTombées de la Nuitinfos event
  • 05/05/2018FranceLes LilasLe TritonVincent Segal
  • 15/02/2018FrancePalaiseau MJC Théâtre des Trois Valléesinfos event
  • 28/09/2017FranceTullePop Corn Festival, Théâtre des Sept CollinesL'Ocelle Mare, Will Guthrie, Gaspar Claus (solo)infos
  • 16/09/2017FranceNantesMusée d'arts de Nantes, les journées du PatrimoineAlexis Degrenier, L'Ocelle Mare, Gaspar Claus (solo)infos event
  • 09/08/2017FranceMens (38)Festival Mens Alors, Le Templeinfos event
  • 30/06/2017FranceToulouseFestival les Siestes Electroniquesinfos
  • 18/05/2017FranceParisL'espace en coursPowerdove event
  • 09/03/2017FrancePoitiersJazz à Poitiers, Carré BleuWill Guthrie, l'ocelle mareinfos event
  • 10/11/2016FranceVanvesThéâtrePaul Colomb, Oliver Coatesinfos event
  • 23/10/2016FranceParisLe CentquatreL'ocelle Mareinfos event
  • 07/08/2016FranceSérignan (34)Musée régional d'art contemporaininfos
  • 15/07/2016FranceLuz-Saint-Sauveur (65)Festival Jazz à Luz
  • 20/05/2016FrancePloéven (29)Festival Sonore, Eglise Saint MéenL'ocelle mare, Will Guthrieinfos
  • 21/11/2015FranceParisCentre FGO-BarbaraMotus, Cabaret Contemporaininfos event
  • 19/11/2015FranceBrestFestival Invisible, Penn Ar Jazzinfos
  • 15/10/2015FranceBrestAtlantique Jazz Festival, Le Mac OrlanSurvival Unit IIIinfos

agenda

NEWS

BIO

Gaspar Claus est  violoncelliste.  

C’est à dire qu’il joue du violoncelle et que tout ce qu’il touche ou presque, il le touche avec son violoncelle. 

C’est à dire que tout ce qu’il pèse du monde qui  l’entoure, il en compare le poids avec celui de son violoncelle, instrument à étreindre, frotter, pincer mais aussi à porter sur son dos à longueur d’arpentages.

Parce qu’aussi bien, Gaspar Claus est arpenteur. Géographe. Pourquoi pas même cartographe : tireur de lignes et d’entrelacs. 

Depuis des années maintenant, on le croise, beaucoup, au gré d’une très tonique et chaleureuse frénésie de rencontres,  chauffant son instrument au service des autres ou le dédiant à d’incongrus dialogues,  inattendus le plus souvent,  de la pop à la musique contemporaine, des traditions plurielles au jazz bruitiste, de la chanson aux musiques électroniques. On l’a vu, entendu, aperçu, deviné avec Rone et Barabara Carlotti, avec Matt Elliot et Stranded Horse, Serge Teyssot-Gay et Angélique Ionatos, Joëlle Léandre, Marion Cousin, Jim O’Rourke ou encore Peter Von Poehl et Keiji Haino, également impliqué, également curieux.  De loin on l’a suivi au Japon, en Mongolie, en Islande, au Mali, au Maroc, et de partout on l’a vu revenir enrichi, c’est à dire allégé. 

Ce goût du potlatch et des fécondations spontanées, il en a fait longtemps l’argument d’une personnalité vive et affamée, transformant une forme tendre de cannibalisme amusé en disponibilité humble et vice-versa. C’est cette même curiosité qui le voit diriger patiemment le beau label intitulé « Les disques du Festival permanent » chaleureuse auberge à la table de laquelle vous trouverez  pléthore d’autres aventuriers : Sourdure, Borja Flames, Marc Melià… Une autre façon pour lui de saper toute notion de chapelle et de contrarier les hiérarchies. Il serait dommage, pour autant, à la seule faveur de ces admirables qualités de rassembleur, de négliger l’instrumentiste, le penseur, le compositeur. 

Improvisant seul ou brettant avec son père Pedro Soler, guitariste aux idées larges d’un flamenco tout autant moderne qu’archaïque, à l’initiative du trio VACΛRME – avec les violonistes Carla Pallone et Christelle Lassort, ou batifolant de plus en plus sur les partitions de musiques de film (Makala, Vif Argent…). Gaspar montre l’importance de ce que sa fréquentation azimutée de toutes les musiques, plutôt que de le disperser aura finalement concentré dans son jeu et son approche théorique, affermissant un vocabulaire toujours plus ouvert et coloré.  

Ainsi Gaspar Claus s’entête à concilier les contraires. A frapper d’ornements baroques ses vitupérations les plus stridentes, à rafraîchir l’écriture dans l’improvisation libre,  à considérer les concepts comme des machines désirables et sensuelles. Dans le corps à corps avec l’instrument ou sur le papier seul, écrivant pour des  ensembles (six violoncelles comme télépathiquement dirigés) ou imaginant de grandes fêtes mentales – ainsi La Nuit en LA qui vit la Philharmonie de Paris résonner d’un seul LA  dix heures d’affilée sous les doigts de neuf musiciens qu’on eût cru hypnotisés, cognant manche en main son propre bois ou écoutant effrontément Eliane Radigue, Pauline Oliveros  ou La Monte Young (écouter c’est déjà jouer), bref : dans la solitude ou dans l’empreinte maintenue toute chaude des amitiés longuement nourries, Gaspar Claus s’affirme comme un conceptualiste lyrique, tour à tour méditatif et explosif, chérissant les idées pour leurs textures et la matière, inversement, pour ce qu’elle stimule l’imagination, qui est une pensée.

C’est avec hâte que nous attendons ses prochaines tribulations de chef d’orchestre fakir, ses ardents récitals seul en scène, ses partitions à l’écran et toutes les berlues à venir dont, soyons-en sûrs, il ignore lui-même encore tout.

LIENS

PRESSE

DISCOGRAPHIE

  • SERRANA

    Les disques du festival permanent2017
    CD / Digitial
  • MAKALA

    Les disques du festival permanent2017
    Digital
  • One Night Stand #1

    Les disques du festival permanent2016
    Digital
  • Jo Estava Que M’Abrasava

    Les disques du festival permanent2016
    CD / LP / Digital
  • Jo Ha Kyù Firsts contacts

    Les disques du festival permanent2016
    CD / Digital
  • CLAUS & CLAUSEN

    Les disques du festival permanent2016
    LP / Digital
  • Jo Ha Kyù

    Les disques du festival permanent2013
    LP / CD / digital

CONTACT

Booking : jullian.muraillesmusic[at]gmail.com