Èlg

BIO

Depuis 2004, Laurent Gérard alias Èlg (Opéra Mort, Orgue Agnès) n’a cessé de dessiner l’équivalent sonore de spirales concentriques et de labyrinthes faits de thuyas, ronces et boyaux. En renouvelant constamment son instrumentarium au fil des années il a lancé des ponts improbables entre musique concrète et songwriting (Vu du Dôme, Mauve Zone) spoken word diagonal et trou de vers à pistons (Amiral Prose), incantations électroniques en crypte et chorales de blobs (Mil Pluton, La Chimie) . La langue est tantôt francophone, tantôt réduite à un babil alien, invoquant le vieillard, le fou, l’enfant, le revenant empoussiéré, le barde épileptique ou le messager d’amour.

En 2019 il aborde la composition d’une série de tableaux sonores autour des états multiples de l’être qui constitue l’album « Dans le Salon du Nous » dont la sortie est prévue fin octobre 2021 sur le label belge Vlek. ll collabore avec son frère Mim à la production, de nombreux collaborateurs.trices traversent les morceaux et il en ressort un voyage entêtant, sussuré, chanté, hurlé à plat ventre sur le grand toboggan qui mène de la naissance au bardo. Cette expérience le décide à former un ensemble pour creuser cette énergie brute et redessiner à nouveau les contours du disque et se sentir assez confiant pour présenter en concert la facette la plus pop de son cerveau fractal. Èlg compose de nouvelles chansons à tiroirs et convoque trois musicien·nes mutant·e·s dont l’imagination, la personnalité et l’élasticité quasi végétale, dépassent toutes les attentes dès les premières répétitions.

Marie Nachury, musicienne vertigineusement polyvalente et ambidextre, aussi à l’aise dans des orchestres de musique savante (Furvent, le Grand Sbam, l’Arfi) que dans des bacchanales rock tentaculaires (collectif Dur et Doux, Brice et sa Pute) chante, joue de la basse de la main gauche, de l’orgue de la droite et actionne par les pieds deux pompes à flûtes en marbre. C’est un ange. C’est une sorcière.  

Johann Mazé (France Sauvage, Lord Rectangle) alias l’homme aux 400 mains et 800 pieds. Son jeu est un curieux mélange de froid, de chaud, de raide, de souple et d’incroyablement d’organique. Il sait faire danser n’importe quel être vivant puis l’asseoir en un clic. Il sort même de sa mallette des pads électroniques construits sur mesure par une ancienne de la NASA.

Pour compléter ce quatuor arrive depuis le fin fond du cosmos : Vica Pacheco (moitié du duo Xolot), artiste mexicaine, plasticienne, compositrice et chanteuse dont l’arc en ciel d’expression va de la dentelle sinusoïdale électronique sous-marine aux incantations et déclamations franco-hispanophones contre vents, terres et marées. Elle arme le sucre et le sel dans une même catapulte.

Èlg et La Chimie est un hydre à quatre têtes psalmodiant ses poly-mélodies dans des chansons qui s’entrechoquent comme autant de petites galaxies donnant naissance à une nouvelle carte du ciel pop.


LIENS


CONTACT

Booking : claire.muraillesmusic[at]gmail.com
Promo : promo.muraillesmusic[at]gmail.com

BIO

Depuis 2004, Laurent Gérard alias Èlg (Opéra Mort, Orgue Agnès) n’a cessé de dessiner l’équivalent sonore de spirales concentriques et de labyrinthes faits de thuyas, ronces et boyaux. En renouvelant constamment son instrumentarium au fil des années il a lancé des ponts improbables entre musique concrète et songwriting (Vu du Dôme, Mauve Zone) spoken word diagonal et trou de vers à pistons (Amiral Prose), incantations électroniques en crypte et chorales de blobs (Mil Pluton, La Chimie) . La langue est tantôt francophone, tantôt réduite à un babil alien, invoquant le vieillard, le fou, l’enfant, le revenant empoussiéré, le barde épileptique ou le messager d’amour.

En 2019 il aborde la composition d’une série de tableaux sonores autour des états multiples de l’être qui constitue l’album « Dans le Salon du Nous » dont la sortie est prévue fin octobre 2021 sur le label belge Vlek. ll collabore avec son frère Mim à la production, de nombreux collaborateurs.trices traversent les morceaux et il en ressort un voyage entêtant, sussuré, chanté, hurlé à plat ventre sur le grand toboggan qui mène de la naissance au bardo. Cette expérience le décide à former un ensemble pour creuser cette énergie brute et redessiner à nouveau les contours du disque et se sentir assez confiant pour présenter en concert la facette la plus pop de son cerveau fractal. Èlg compose de nouvelles chansons à tiroirs et convoque trois musicien·nes mutant·e·s dont l’imagination, la personnalité et l’élasticité quasi végétale, dépassent toutes les attentes dès les premières répétitions.

Marie Nachury, musicienne vertigineusement polyvalente et ambidextre, aussi à l’aise dans des orchestres de musique savante (Furvent, le Grand Sbam, l’Arfi) que dans des bacchanales rock tentaculaires (collectif Dur et Doux, Brice et sa Pute) chante, joue de la basse de la main gauche, de l’orgue de la droite et actionne par les pieds deux pompes à flûtes en marbre. C’est un ange. C’est une sorcière.  

Johann Mazé (France Sauvage, Lord Rectangle) alias l’homme aux 400 mains et 800 pieds. Son jeu est un curieux mélange de froid, de chaud, de raide, de souple et d’incroyablement d’organique. Il sait faire danser n’importe quel être vivant puis l’asseoir en un clic. Il sort même de sa mallette des pads électroniques construits sur mesure par une ancienne de la NASA.

Pour compléter ce quatuor arrive depuis le fin fond du cosmos : Vica Pacheco (moitié du duo Xolot), artiste mexicaine, plasticienne, compositrice et chanteuse dont l’arc en ciel d’expression va de la dentelle sinusoïdale électronique sous-marine aux incantations et déclamations franco-hispanophones contre vents, terres et marées. Elle arme le sucre et le sel dans une même catapulte.

Èlg et La Chimie est un hydre à quatre têtes psalmodiant ses poly-mélodies dans des chansons qui s’entrechoquent comme autant de petites galaxies donnant naissance à une nouvelle carte du ciel pop.

LIENS

CONTACT

Booking : claire.muraillesmusic[at]gmail.com
Promo : promo.muraillesmusic[at]gmail.com