Ciné-concert ‘Le Petit Fugitif’ par Eric Chenaux

NEWS


BIO

~ Le film

Le Petit Fugitif (1953)
Réalisation Morris Engel, Ruth Orki, Ray Ashley / Scénario Ray Ashley / Image Morris Engel

A Brooklyn dans les années 50, la mère de Lennie lui confie la garde de son petit frère Joey, âgé de 7 ans, car elle doit se rendre au chevet de la grand-mère, malade. Mais Lennie avait prévu de passer le week-end avec ses amis. Irrité de devoir emmener son petit frère partout avec lui, il décide de lui jouer un tour en simulant un accident de carabine sur un terrain vague. Persuadé d’avoir causé la mort de son frère, Joey s’enfuit à Coney Island, immense plage new-yorkaise dédiée aux manèges et à l’amusement. Il va passer une journée et une nuit d’errance au milieu de la foule et des attractions foraines…

Francois Truffaut, qui réalisera six ans plus tard Les Quatre Cents Coups, autre film sur l’enfance initiateur de la Nouvelle Vague, déclarera à propos du Petit Fugitif : « Notre Nouvelle Vague n’aurait jamais eu lieu si le jeune Américain Morris Engel ne nous avait pas montré la voie de la production indépendante avec son beau film, Le Petit Fugitif ». Jean-Luc Godard s’inspirera lui aussi, pour le tournage d’À bout de souffle des techniques de tournage mises au point par Engel.

~ Le ciné-concert par Florian Caschera

« Le petit fugitif » (1953), réalisé par Ray Ashley et Morris Engel suit l’errance en solitaire d’un garçonnet des rues de Brooklyn aux attractions de Coney Island. Fiction ténue contaminée par le documentaire, c’est un film doucement expérimental, d’une audace et d’une liberté qui surprennent toujours autant plus de trente ans après (on sait qu’il inspirera les jeunes turcs de la Nouvelle Vague, notamment le Truffaut des 400 coups).

Une caméra portative fut conçue spécialement pour le tournage afin de pouvoir suivre le jeune héros parmi la foule en toute discrétion. Cette caméra ne permettant pas d’enregistrer le son,  il fallut doubler « Le Petit Fugitif » en studio dans un second temps. A l’occasion de ce ciné-concert, initialement commandé pour le Festival du film de Vendôme, le musicien Eric Chenaux a décidé de ré-enregistrer intégralement cette bande-son, délaissant absolument la partition initiale (une longue et omniprésente pièce pour harmonica tristounet) au profit de longs silences spectraux et remplaçant tous les sons d’extérieur d’époque (la mer, la plage, le parc d’attraction, les badauds américains) par ses propres field-recordings incongrus (piscine évidemment réverbérée, puces de St-Ouen, badaud français). Les dialogues originaux, seuls rescapés de cette entreprise de refonte absolue, sont diffusés à travers un minuscule micro placé directement dans la bouche de Chenaux, amplifiés et mêlés à une guitare atonale et abstraite de toute beauté. On perçoit ses dialogues, rendus caverneux et troubles, de façon diffuse, lointains et altérés comme l’idée qu’on se fait de la parole humaine entendue dans les rêves ou la tête sous l’eau. A la place de la musique originale, (visiblement jugée par le musicien trop illustrative et sentimentale), nous sommes immergés dans une espèce d’opéra synthétique lacunaire, rempli de béances, de pièges et d’hallucinations auditives.

Et c’est ainsi tout le rapport sensoriel du spectateur qui semble perturbé. Sommes-nous en train de regarder « Le Petit Fugitif« ? Ou sommes-nous projetés dans la conscience d’un Eric Chenaux se remémorant lui-même le film, superposé à son environnement immédiat (la piscine, les puces), chiffonné par les torsions inévitables opérées par sa mémoire forcément subjective?

Plutôt que d’assister à un simple ciné-concert (où le musicien, plus ou moins habile substituerait son propre langage musical à celui du compositeur primitif) nous participons à une expérience sensorielle collective, déroutante et fascinante, trouée de questions, de problèmes revigorants. Chenaux redonne l’oeuvre à voir dans une fraîcheur toute paradoxale, la double d’une réflexion sur la mémoire, sur le son comme partie intégrante de l’objet filmique et, peut-être, sur le cinéma considéré comme un très pertinent lieu des passage pour les fantômes.

FORMATION
Eric Chenaux
 : guitare, haut-parleur miniature

Une création du Festival du film de Vendôme, en partenariat avec Figures libres et avec le soutien de la SACEM

LIENS


PRESSE


CONTACT

Booking France : aline.muraillesmusic[at]gmail.com

Promo: promo.muraillesmusic[at]gmail.com


Concerts passés

Cliquez sur "date ", "ville" or "salle" pour changer l'ordre
  • DatePaysVilleSalleavec 
  • 21/03/2020SuissePullyCinéma City Club (ANNULÉ)infos event
  • 31/03/2018FranceMontbrisonMédiathèqueinfos
  • 21/05/2017FranceCharleroi (BE)Quai 10infos event
  • 13/11/2015FranceVincennesMédiathèque Cœur de Ville, Auditoriuminfos event
  • 20/03/2015FranceHédé-Bazouges (35)Théâtre de Pocheinfos event
  • 28/01/2015FranceNantesStereoluxinfos event
  • 20/02/2014FranceRennesFestival La Route du Rock d'Hiver, Chapelle du Conservatoireinfos

agenda

NEWS

BIO

~ Le film

Le Petit Fugitif (1953)
Réalisation Morris Engel, Ruth Orki, Ray Ashley / Scénario Ray Ashley / Image Morris Engel

A Brooklyn dans les années 50, la mère de Lennie lui confie la garde de son petit frère Joey, âgé de 7 ans, car elle doit se rendre au chevet de la grand-mère, malade. Mais Lennie avait prévu de passer le week-end avec ses amis. Irrité de devoir emmener son petit frère partout avec lui, il décide de lui jouer un tour en simulant un accident de carabine sur un terrain vague. Persuadé d’avoir causé la mort de son frère, Joey s’enfuit à Coney Island, immense plage new-yorkaise dédiée aux manèges et à l’amusement. Il va passer une journée et une nuit d’errance au milieu de la foule et des attractions foraines…

Francois Truffaut, qui réalisera six ans plus tard Les Quatre Cents Coups, autre film sur l’enfance initiateur de la Nouvelle Vague, déclarera à propos du Petit Fugitif : « Notre Nouvelle Vague n’aurait jamais eu lieu si le jeune Américain Morris Engel ne nous avait pas montré la voie de la production indépendante avec son beau film, Le Petit Fugitif ». Jean-Luc Godard s’inspirera lui aussi, pour le tournage d’À bout de souffle des techniques de tournage mises au point par Engel.

~ Le ciné-concert par Florian Caschera

« Le petit fugitif » (1953), réalisé par Ray Ashley et Morris Engel suit l’errance en solitaire d’un garçonnet des rues de Brooklyn aux attractions de Coney Island. Fiction ténue contaminée par le documentaire, c’est un film doucement expérimental, d’une audace et d’une liberté qui surprennent toujours autant plus de trente ans après (on sait qu’il inspirera les jeunes turcs de la Nouvelle Vague, notamment le Truffaut des 400 coups).

Une caméra portative fut conçue spécialement pour le tournage afin de pouvoir suivre le jeune héros parmi la foule en toute discrétion. Cette caméra ne permettant pas d’enregistrer le son,  il fallut doubler « Le Petit Fugitif » en studio dans un second temps. A l’occasion de ce ciné-concert, initialement commandé pour le Festival du film de Vendôme, le musicien Eric Chenaux a décidé de ré-enregistrer intégralement cette bande-son, délaissant absolument la partition initiale (une longue et omniprésente pièce pour harmonica tristounet) au profit de longs silences spectraux et remplaçant tous les sons d’extérieur d’époque (la mer, la plage, le parc d’attraction, les badauds américains) par ses propres field-recordings incongrus (piscine évidemment réverbérée, puces de St-Ouen, badaud français). Les dialogues originaux, seuls rescapés de cette entreprise de refonte absolue, sont diffusés à travers un minuscule micro placé directement dans la bouche de Chenaux, amplifiés et mêlés à une guitare atonale et abstraite de toute beauté. On perçoit ses dialogues, rendus caverneux et troubles, de façon diffuse, lointains et altérés comme l’idée qu’on se fait de la parole humaine entendue dans les rêves ou la tête sous l’eau. A la place de la musique originale, (visiblement jugée par le musicien trop illustrative et sentimentale), nous sommes immergés dans une espèce d’opéra synthétique lacunaire, rempli de béances, de pièges et d’hallucinations auditives.

Et c’est ainsi tout le rapport sensoriel du spectateur qui semble perturbé. Sommes-nous en train de regarder « Le Petit Fugitif« ? Ou sommes-nous projetés dans la conscience d’un Eric Chenaux se remémorant lui-même le film, superposé à son environnement immédiat (la piscine, les puces), chiffonné par les torsions inévitables opérées par sa mémoire forcément subjective?

Plutôt que d’assister à un simple ciné-concert (où le musicien, plus ou moins habile substituerait son propre langage musical à celui du compositeur primitif) nous participons à une expérience sensorielle collective, déroutante et fascinante, trouée de questions, de problèmes revigorants. Chenaux redonne l’oeuvre à voir dans une fraîcheur toute paradoxale, la double d’une réflexion sur la mémoire, sur le son comme partie intégrante de l’objet filmique et, peut-être, sur le cinéma considéré comme un très pertinent lieu des passage pour les fantômes.

FORMATION
Eric Chenaux
 : guitare, haut-parleur miniature

Une création du Festival du film de Vendôme, en partenariat avec Figures libres et avec le soutien de la SACEM

LIENS

PRESSE

CONTACT

Booking France : aline.muraillesmusic[at]gmail.com

Promo: promo.muraillesmusic[at]gmail.com